Claire Simon

Claire Simon apprend le cinéma par le biais du montage, et tourne parallèlement des courts-métrages de manière totalement indépendante. Parmi ses films les plus remarqués,on se souvient de La Police ( Grand Prix du court-métrage et Prix Canal + au Festival de Belfort, Prix C.I.C.A.E et Prix du Public au Festival de Dunkerque, Mention au Festival de Films de Femmes à Montréal )en 1988 ou de "Scènes de ménage" avec Miou-Miou, en 1991. Elle découvre la pratique du cinéma direct aux Ateliers Varan et réalise plusieurs films documentaires: "Les Patients", "Récréations" et "Coûte que coûte", qui seront primés dans de nombreux festivals (Grand Prix du documentaire au Festival de Potsdam, Grand Prix du Festival de Mulhouse et 2ème prix documentaire au Festival de Rotterdam…. Ces derniers films sortiront en salle, signes d’une nouvelle école documentaire dans le cinéma français. En 1997, elle présente à la Quizaine des réalisateurs son premier long métrage de fiction "Sinon oui", histoire d’une femme qui simule une grossesse et vole un enfant. Elle réalise pour Arte un film avec les élèves du TNS au Parlement européen, "Ça c’est vraiment toi" , mi-fiction mi-documentaire, qui recevra au Festival de Belfort les grands prix du documentaire et de la fiction. Après une expéreience théâtrale, elle renoue avec le documentaire en tournant 800 km de de différence/romance et Mimi(Festival de Berlin 2003).
 
Sinon oui
Claire Simon
(1997 - 119' - Zélie Productions, Pierre Grise - France)
C’est une histoire qui arrive à une femme, par l’intermédiaire d’une question qu’on lui pose : est-ce qu’elle est enceinte ? Elle n’en sait rien, et sur le moment, ça l’arrange de laisser planer le doute. Ca tombe mal pour son mari qui comptait s’éloigner d’elle, tellement mal qu’il y croit tout de suite. Il a beau lui expliquer qu’il ne veut pas de l’enfant, elle ne fait rien pour avorter... puisqu’elle n’est pas enceinte tout compte fait. Seulement ça, elle n’arrive pas à lui dire. Elle laisse faire, remettant toujours au lendemain le moment de briser le charme qui retient son mari auprès d’elle, réconforte son propre père très malade, et réjouit son entourage. Jour après jour, la fiction s’installe et rien ne semble pouvoir l’arrêter.

 
Les bureaux de dieu
Claire Simon
(2008 - 122' - Shellac - France)
Djamila aimerait prendre la pilule parce que maintenant avec son copain c’est devenu sérieux. La mère de Zoé lui donne des préservatifs mais elle la traite de pute. Nedjma cache ses pilules au dehors, car sa mère fouille dans son sac. Hélène se trouve trop féconde. Clémence a peur. Adeline aurait aimé le garder, Margot aussi. Maria Angela aimerait savoir de qui elle est enceinte. Ana Maria a choisi l’amour et la liberté.
Anne, Denise, Marta ,Yasmine, Milena sont les conseillères qui reçoivent, écoutent chacune se demander comment la liberté sexuelle est possible. Dans les bureaux de Dieu on rit, on pleure, on est débordées. On y danse, on y fume sur le balcon, on y vient, incognito, dire son histoire ordinaire ou hallucinante.