Sélection Ecole et formation
 
Le Barbier
Julie Decarpentries
(2008 - 19' - Insas - Belgique/Canada)
En présence de la réalisatrice.

Roger, 80 ans, est coiffeur bénévole dans un centre d’accueil pour itinérants (sans-abris au Québec) à Montréal. Dans cette bulle coupée du monde qu’est le salon de coiffure s’installe une relation particulière entre Roger et ses clients. On y parle de froid, de rue, de maladie, de femmes,... et de coiffure. Et de l’importance pour ces hommes d’un geste, d’un contact humain et d’une bonne coupe de cheveux.
 
Prisonnier(s) d’un monde
Suzanne So
(2008 - 14' - Altermédia - France)
En présence de la réalisatrice.

L’improbable rencontre d’un homme et d’une femme dans l’univers froid et individualiste de la ville. Une réflexion sur le conditionnement de l’homme dans le milieu urbain et l’aménagement de ses espaces.
 
Passage
Pauline Higgins
(2007 - 19' - Ateliers Varan - France)
En présence de la réalisatrice.

Que se passe-t-il derrière ces portes d’hôpital ? Qu’éprouve-t-on à cet endroit, dans le souffle des machines, les cris, les lumières, les tracés des alarmes, la douceur, aussi, des gestes ? Quels dangers, quels écrans faut-il traverser ? Et où va-t-il arriver, quittant son apesanteur sculpturale ? Par quels interstices faut-il regarder pour assister à une cérémonie secrète où la récompense ne va pas sans ce qu’on doit laisser ?
 
Loin de moi
Jenny Saastamoinen
(2008 - 43' - Creadoc - France)
En présence de la réalisatrice.

« Peut-être que si je relis tout, j’arriverai à moi… »
Fragments d’écriture qui disent l’ordinaire des jours et construisent l’identité. Allégorie de l’existence et du temps qui passe dans les lignes des cahiers ou des visages. Quand le regard se tourne vers l’intérieur…
Une circulation à travers quatre journaux intimes.
Mercredi 29 octobre 2008 à 16h00 (Salle 1)

Prix Écoles et formations (ex-aequo)
 
Chine
Dania Reymond
(2007 - 63' - Ecole supérieure des beaux-arts de Marseille et Université de Chengdu - France)
En présence de la réalisatrice.

Comme tous les films de voyage c’est un film pour se souvenir. Se souvenir qu’avant moi un peintre a regardé le paysage devant lequel je me tiens et plus difficile, se souvenir de son regard. Adapté d’extraits des "Propos sur la peinture du moine Citrouille-amère" de Shitao, peintre chinois qui vécut au 17ème siècle. Le film longe les zones périphériques des grandes villes pour se rendre, aprés une lente progression, dans les paysages de la peinture. Il prend ainsi le temps de se rapprocher de la beauté singulière de ce pays celle qui nous regarde tous.
 
Une chanson de Naples
Thomas Hachette
(2008 - 18' - Ecole des arts décoratifs de Paris - France)
En présence du réalisateur.

Il s’agit d’un film d’essai poétique et documentaire sur le rapport entre la Naples d’aujourd’hui et sa culture (chanson, film).
 
Tempo da recolleita (Temps de cueillette)
Félix Blume
(2008 - 32' - Insas - Belgique)
En présence du réalisateur.

En Galice, certains jeunes s’intéressent de plus en plus à leurs origines culturelles. Ils partent chaque week-end à la rencontre de leurs «mémoires vivantes», les vieilles dames des petits villages. Armés de leur enregistreur-cassette ou de leur petite caméra, ils partent à la recherche d’une chanson qu’ils ne connaîtraient pas, encore jamais enregistrée. Ce n’est qu’après de longues discussions qu’ils obtiennent enfin la confiance des personnes âgées qui cherchent dans leurs souvenirs les chants de leur jeunesse.
 
Saudades
Vincent Valente
(2008 - 23' - Université d’Evry - France)
En présence du réalisateur.

Une histoire croisée de sœurs issues de l’immigration portugaise. La vieillesse immigrée le temps qui passe entre un ici et un ailleurs, mémoire du pays d’origine qui s’érode avec les années. Il ne s’ agit de traiter de l’immigration portugaise en soi, dans ce qu’elle a de spécifique mais d’évoquer le sentiment partagé de ces hommes et de ces femmes qui, arrivés à l’âge de la retraite, vivent dans différents passés : un passé de leur vie en France leur pays d’accueil ou celui de leur pays d’origine.
 
Voir la pulpe
Claire Glorieux
(2008 - 19' - Le Fresnoy - France)
En présence de la réalisatrice.

Ils sont deux et se ressemblent. Ils ne se regardent pas. Ils se photographient, se tiennent par la main, voyagent dans un train ou traversent la fenêtre pour marcher dans un dessin animé en équilibristes. Ils chantent. Ils refont le monde avec des ciseaux.
 
Petites Morts
Alexe Poukine
(2008 - 13' - Ardèche Image - France)
En présence du réalisateur.

Deux femmes. Le choix de ne pas donner la vie. Puis le deuil de celui qui n’est pas né, et l’absence qui se loge dans les replis du quotidien.
 
Etincelle
Vivien Aquilina-Léger
(2008 - 21' - Femis - France)
En présence du réalisateur.

A 13 ans, Lorraine se pose des questions sur les garçons et l’amour en général et elle demande à ses proches comment ils se sont rencontrés. Ses parents se sont séparés, mais ses grands-parents, malgré les difficultés de la vie ne se sont jamais quittés. Quand à son frère et à sa copine, Michaëla, ils viennent de se marier dernièrement. Alors, comment fait-on pour garder l’étincelle ?
 
Prendre le vent
Sébastien Rollot
(2008 - 49' - Creadoc/Université de Poitiers - France)
En présence du réalisateur.

Jessy ne parle pas.
Laëtitia garde ses mains croisées derrière son dos.
Quelques mois passés à côté d’eux dans un lieu alternatif à la psychiatrie.
 
Tatoo perdu
Séverine Mathieu / Groupe de patients du Pavillon 10 (unité temps plein fermée) / Hôpital de jour Henri Colomb
(2008 - 18' - Astronef - France)
En présence de Séverine Mathieu et Marielle Chevalier.

Film réalisé dans le cadre d’un atelier cinéma
à l’hôpital psychiatrique Edouard Toulouse,
Marseille

Dans la salle de jeux du Casino de Bandole, autour de la table de la roulette, une bagarre éclate entre deux « potes de cité » venus « flamber », une princesse aux pieds nus, habituée des lieux, et un croupier qui voudrait bien aller au bout de la partie.
La cause en est la bague que la princesse porte à son doigt : elle soutient que c’est un bijou de famille et supplie qu’on la laisse tranquille, alors que les deux « potes » viennent de voler la même dans la vitrine fracturée d’une bijouterie.
Il faut dire que le voiturier du Casino est depuis longtemps amoureux de la princesse…

 
Le bestiaire de Gaëlle
Virginie Villemin
(2008 - 28' - Université d’Evry - France)
En présence de la réalisatrice.

Gaëlle, 21 ans vit avec sa mère Raymonde et Morgane, 7 ans.
Gaëlle a un drôle de rapport au temps. Elle danse dès 6H30 du matin devant Chantal Goya. Toujours la même chanson qui tourne qui tourne tandis que Gaëlle oscille en avant, en arrière. Gaëlle fixe ses doigts comme si ceux-ci tenaient son corps. Ca l’empêche de plonger, sombrer. C’est une caractéristique de l’autisme.
Raymonde la mère tient son monde. Parfois, ça flanche mais c’est le vent, ou la vie...Et ça c’est pas moi qui le dis...

 
Philippine
Sophie Sherman
(2008 - 45' - Université de Provence - France)
J’ai rencontré Philippine, une jeune fille trisomique 21, ensemble nous avons fait ce film. Je vous propose de la suivre chez elle, ou à l’école et nous découvrirons sa grâce, son caractère, ses paroles :
" Je ne suis pas handicapé, je suis unique".
Vendredi 31 octobre 2008 à 17h30 (Salle 2)

Prix Écoles et formations (ex-aequo)
 
Cocotte 17 minutes
Brice Morel
(2008 - 17' - Le Fresnoy - France)
En présence du réalisateur.

Ce film sur trois écrans est le produit du travail d’un atelier dont les participants, pour certains, d’anciens pensionnaires d’une clinique psychiatrique, ont élaboré le scénario et en sont les interprètes.
Un boulanger, un glaneur, une chanteuse et son chauffeur circulent à travers une fiction pour laquelle il ne se s’agit pas de diriger les acteurs, mais d’établir les statuts d’une narration qui fasse plier les contraintes d’un film de fiction à celles du cinéma direct, et inversement, afin que chacun puisse être satisfait de son image et s’en reconnaisse aussi l’auteur.