Sélection Court
 
Aislado
Luba Vink
(2009 - 34' - Celluloid Films - France - VO espagnol (sous-titre français))
Au Nord-Ouest de l’Argentine, dans la région de l’altiplano vit la famille Guaymás.
Mamie tombe malade et doit soudainement laisser sa famille. Dans le vent omniprésent, Santos, le seul homme du foyer, reprend son travail quotidien.
Le film suit le rythme de la vie dans cette campagne aride, où l’attente tient une place centrale.

 
Altzaney
Nino Orjonikidze et Vano Arsenishvili
(2009 - 30' - Artefact Production - Georgie - VO tchétchène et géorgien (sous-titre français))
Les gens de Pankisi Gorge croient que toutes les questions importantes de leur vie et de leur mort devraient être résolues par la médiation d’une autorité. Altzaney est celle qui s’engage auprès de la vie des autres et en prend la responsabilité. Elle est médiatrice lors des conflits, elle est aussi la seule femme à qui on confie les morts. Qu’est-ce qui la rend si distinguée lui donnant cette autorité dans un milieu totalement patriarcal? Quel est le prix à payer pour cela? Altzaney en donne un aperçu dans une communauté unique de Gorge de Pankisi.
 
Des Tarentelles
Katharina Bellan
(2008 - 21' - France)
Un 28 juin à Galatina dans les Pouilles au sud de l’Italie, des hommes et des femmes dansent la Tarentelle toute la nuit.
Souvenir du 28 juin 1960 filmé par Mingozzi, quand les femmes entraient en transe pour se libérer de la morsure de la Tarentule.
Bientôt, seules les pierres sauront comment le rite s’est mué en Folklore.

 
Genie, Kaspar et les autres, scénario
Florence Pezon
(2009 - 30' - France)
Genie est une petite fille trouvée par les services sociaux en 1971 près d’Hollywood. Privée de langage car tenue enfermée depuis sa naissance par ses parents, une équipe de linguistes la prend en charge. Kaspar Hauser a vécu une expérience similaire en 1828, à Nuremberg en Allemagne. Le film les met en écho en portraits fragmentés et parallèles, au conditionnel d’un film à venir. Un scénario filmé.
 
Ici,
Laurent Thivolle
(2009 - 18' - Les films de tout petits liens / Films flamme / SACRE - France)
Il n’y a pas de corps, pas de visages, quelques fantômes dans un non-lieu. Un non-lieu réel habité par le son de ceux qui le peuplent. C’est un jeu entre l’image et la réalité vivante de cette image. Entre la vie projetée, la vie réelle. Il y a le bien être en question mais lequel ?
Jeudi 29 octobre 2009 à 20h00 (Salle 2)

Mention du jury Courts métrages 2009
 
Kalamees (Le Pêcheur)
Eléonore de Montesquiou
(2009 - 28' - Estonie - VO russe (sous-titre français))
Sasha est pêcheur. L’hiver, il pêche sur les rivières ou les lacs gelés à la frontière entre l’Estonie et la Russie. Sasha est né à Narva (Estonie), il a grandi de l’autre côté du pont, à Ivangorod (Russie). Aujourd’hui, il franchit le pont tous les jours et travaille à l’usine de Kreenholm, à Narva.
Mon film est un moment en suspension dans cet entre-deux qu’est le lac gelé entre la Russie et l’Estonie : que cela signifie-t-il de vivre sur une frontière à la limite de l’Europe? Comment s’organise la pêche dans ces conditions de froid extrême?

 
Les Oiseaux d’Arabie
David Yon
(2009 - 40' - Le Miroir - France)
À l’aube de la seconde guerre mondiale, des milliers de réfugiés espagnols traversent les Pyrénées pour fuir l’avance des Franquistes. Antonio Atarès est l’un d’eux : un visage parmi d’autres. Arrivé en France, il est interné au camp du Vernet puis déporté aux portes du Sahara, à Djelfa en Algérie. En mars 1941, il reçoit une lettre de quelqu’un qu’il ne connaît pas, la philosophe Simone Weil. Ces deux destins vont se croiser dans la pénombre de l’histoire.
 
Pamięć
Pauline Julier
(2008 - 33' - France / Suisse)
Prélude. La voix-off s’installe dans le noir. Elle raconte un rêve. On apprend que sa cheville a un trou.
1er tableau. Le travelling commence dans les bois. La voix revient. Elle raconte son enfance, sa mémoire. On comprend qu’elle est la petite fille. On la voit ensuite, enfant.
Retour au noir. Une femme apparaît. C’est la mère. Face caméra. Elle entame le récit d’une lettre, faite à sa propre mère.
Plus tard viendra la troisième femme, la mère de la mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle perd la mémoire. L’histoire recommence alors.

 
Walking through paradise
Peter Snowdon
(2010 - 16' - Gourna Films/ Michigan Films - Belgique, Royaume Uni - VO anglais (sous titres français))
Deux cinéastes cherchent à se rendre dans un village palestinien, mais l’armée israélienne leur barre le chemin. Comment contourner cet obstacle? Et d’où peut venir l’aide dont ils ont besoin?
 
Fleurs noires
Baptiste Bessette
(2010 - 35' - ZEUGMA Films - France)
La mémoire de la bombe atomique et de ses terribles effets constitue l’identité de la ville de Hiroshima, reconstruite autour du Parc du Mémorial de la Paix. Mais l’herbe a repoussé et le temps a effacé les traces de la désolation atomique. Le long de la rivière, les arbres du jardin Shukkeien traversé par l’écrivain Tamiki Hara le matin du 6 août 1945, semblent se dresser depuis toujours. J’ai filmé quelques fragments des multiples mémoires qui se sont déposées dans la ville.
 
Disorient
Florence Aigner et Laurent Van Lancker
(2010 - 36' - Polymorfilms/Atelier Graphoui - Belgique - VO français et anglais (sous titres anglais))
Par une polyphonie de récits, ce documentaire est la mémoire vivante de personnes qui après avoir vécu un autre bout du monde, retournent vivre dans leur pays d’origine.
Quels sentiments accompagnent ce retour ? Nouvel exil ?
Ce documentaire expérimental habille cette polyphonie d’histoires d’un travail visuel minimaliste et impressionniste. Seules quelques traces d’images Super 8, de photographies de leur culture matérielle, de voyage, apparaissent par-delà des voix et de paysages sonores. Seuls subsistent quelques ombres et souvenirs de leur présence à l’étranger.
 
Noe
Pauline Julier
(2010 - 22' - autoproduction - Suisse/Norvege)
Le spectateur est à la place de Noé, en plein rêve. Il se réveille dans un lieu clos, avec autour de lui une énorme quantité de graines visiblement conservées à l’abri. L’espace est trop étroit, il décide de sortir. Dehors le monde a disparu sous la glace. Il est seul. Alors qu’il est partagé entre la peur et un sentiment de plénitude face à cette nouvelle découverte, des images désordonnées lui soufflent le souvenir de son monde.
Métaphore poétique d’un état de folie lucide, le film suggère la possibilité d’un monde inhabité et stérile, un cauchemar blanc...

Prix du court-métrage 2010
 
The very minute unfinished 1 > 7
Annick Ghijzelings
(2010 - 39' - autoproduction - Belgique)
Les images sont des ombres. Les souvenirs qui hantent sont des ombres. Les migrants sont des ombres. Les minutes qui passent sont des ombres. Les éclats de lumière dans la nuit qui viennent du fond des temps sont des ombres. Un film en 7 fragments traversés par l’idée de la disparition, de l’absence, de la survivance, de ce qui s’est effondré et reste comme le vestige d’un deuil.
 
Etrangère
Christophe Hermans
(2010 - 13' - Eklektik productions/ Anotherlight asbl - Belgique - VO français (sous titres anglais))
Sophie est seule.
Elle partage sa vie entre des petits boulots et son déménagement.
Pour combler ce vide, Sophie sculpte son corps.
 
Eloge de la raison
Waël Noureddine
(2010 - 23' - Bathysphere productions - France)
Une topographie de l’univers mental d’un drogué qui fait écho au chaos du monde l’environnant.
 
Time of Breadth
Ali El-Darsa
(2009 - 8' - autoproduction - Canada - VO arabe (sous titres anglais))
Time of Breadth met en scène une conversation téléphonique entre l’artiste et sa mère à propos des guerres libanaises. Il en découle un portrait politique à échelle intime qui révèle la vulnérabilité de l’artiste face à un passé douloureux.
 
Place de l’Europe (autour)
Muriel Montini
(2010 - 10' - autoproduction - France)
Très souvent, le soir, je me promène dans ce quartier quand les sans-abri se couchent.
 
We- 1st person plural
Vika Kirchenbauer
(2009 - 11' - autoproduction - Allemagne - VO anglais)
A poetic collage based on the filmmaker’s family\’s Super 8 archive as well as images and sounds that she recorded on journeys over the past years. The film reveals itself as a personal reflection on the ever-recurring actions of human behaviour in love, gender, memory, political action and identity.
“There were times when I was desperately dreaming of a total renewal of every slightest human gesture.” The screen turns black and the voice suggests: “I’ll give you a bit of black so you have time to imagine how that would look like”.
 
Le Ciel en bataille
Rachid B.
(2010 - 42' - Nord-Ouest Documentaires - France)
Au chevet de son père malade, dans un dernier face à face silencieux, Rachid B. rappelle ses souvenirs les plus forts, ceux qui, tour à tour, l’ont construit ou conduit au pire. De son enfance au Maroc, de l’évocation de son homosexualité, de son rejet de la religion chrétienne jusqu’à sa récente conversion à l’islam, il nous livre avec franchise le récit de sa vie, de ses errances, des ruptures qui l’ont marqué.

Mention film court 2011
 
Gorelovka épisodes de la disparition d’une communauté
Alexander Kviria
(2010 - 40' - Autoproduction - Géorgie / Grande Bretagne - Russe sous-titré français)
Le village de Gorelvoka situé dans le sud de la Géorgie a été fondé au milieu du 19e siècle par les Doukhobors un groupe de dissidents religieux russes, bannis de Russie par le tsar Nicolas 1er à cause de leurs croyances anarchistes et pacifiques. Ils se sont employés à conserver leur identité et leurs traditions sous le régime soviétique. Sous la pression politique et économique, de nombreux Doukhobors ont quitté la Géorgie et leur héritage disparaît peu à peu avec les derniers villageois.
 
No blood in my body
Laure Cottin
(2010 - 28' - ENSAD - France - Anglais sous-titré français)
Claudia est américaine, elle vit avec Thomas. Thomas dit à Claudia qu’il s’occupe d’elle mieux que sa famille américaine, qu’elle est belle, qu’elle l’a sauvé. Chacun de leur côté, Thomas et Claudia aspirent à être libres. Un jour, Claudia surdose et tombe dans l’inconscience. Thomas, impuissant, en colère, voit qu’elle lui échappe.

Prix du film court 2011
 
O estrangeiro
Ivo Ferreira
(2010 - 18' - Autoproduction - Portugal - Mandarin sous-titré français)
En 2009 à Macao, le narrateur quasiment absent de l’écran part à la recherche de L’Etranger qui y vivait quinze ans auparavant, aidé par les lettres qu’il lui écrivait. Il suit les traces laissées autrefois par L’Etranger recréant ainsi une nouvelle absence.
 
Bielutine, dans le jardin du temps
Clément Cogitore
(2011 - 36' - SEPPIA - France - Russe sous-titré français)
Reclus dans leur appartement de Moscou, Ely et Nina Bielutine veillent jalousement sur l’une des plus importantes et mystérieuses collections d’art de la Renaissance. Entourés de leur corbeau, de leurs chats et sous l’œil de Léonard, Titien, Michel-Ange et Rubens, Ely et Nina évoluent dans une fiction, un monde qui n’existe que pour eux, un monde où l’art et le mensonge ont peu à peu pris le pas sur la réalité.
 
Paysage emprunté #1
Dania Reymond
(2011 - 21' - ENSBA Lyon - France)
Le village est paisible, banal.
Il pourrait se trouver n’importe où en Europe.
De mémoire une scène est décrite.
Malgré la neige une tragédie fait surface.
Rencontre entre des paysages et des événements proches et lointains à la fois.
 
Densamente spopolata e la felicita (Le bonheur est un espace très dépeuplé)
Francesco Dongiovanni
(2011 - 47' - Società cooperativa Murex - Italie - Muet)
Sur les hauteurs de la Murge, à la frontière des Pouilles et de la Basilicate, dans le sud de l’Italie, les bergers ont guidé leur troupeau pendant des centaines d’années sous le soleil et le vent. De nos jours, un vieux berger répète les mêmes gestes et embrasse le destin de ses ancêtres.
 
La Forêt une fois
Peter Snowdon
(2010 - 22' - AJC - Belgique)
"La forêt court autour du chien qui chasse." - Dogen
Perdre son chemin dans une forêt, sur une montagne, à côté de la mer, dans une grande ville... Des histoires à raconter, au pluriel. Des métaphores pour essayer de cerner l’impossibilité de l’expérience, l’inaccessibilité du passé.
 
Khatyn
Jérôme Amimer
(2011 - 46' - Leitmotiv Production - France - Russe sous-titré français)
Evocation de la tragédie de Khatyn, un des milliers de villages russes brûlés par les nazis.
 
Archipel (Archipelago)
Giacommo Abbruzzese
(2010 - 23' - Le Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains - France / Palestine / Italie - Arabe sous-titré français)
Abed, un jeune palestinien, entre illégalement en Israël en passant sous le Mur, à travers les égouts. Il travaille dans un restaurant de Jérusalem Ouest. Le jour de congé arrivé, il décide de rentrer à la maison avec une mystérieuse caisse blanche. C’est le début d’un long voyage.
 
Pasos
Lorena Zilleruelo
(2011 - 22' - Art-Aids - Espagne - Espagnol sous-titré français)
Ema avait les outils sociaux et intellectuels pour se protéger du VIH. Elle savait comment prévenir les maladies sexuellement transmissibles. Mais elle est tombée amoureuse sans prendre de précaution. Le tango comme une apologie très fidèle des relations de séduction entre l’homme et la femme.
 
La Línea invisible
Lisa Diez Gracia
(2011 - 43' - Le GREC - France - Espagnol sous-titré français)
Immerger le spectateur dans la Caminata Nocturna qui se déroule dans le Parc Eco Alberto chez les Nanhus, une simulation pour les touristes du passage de la frontière, « interprétés » et accompagnés par les Nanhus eux-mêmes, communauté indienne pratiquant fréquemment la migration vers les Etats-Unis.