Sélection Long
 
Hiver (les grands chats)
Marianne Pistone et Gilles Deroo
(2008 - 55' - Imagence Production - France)
Les enfants s’en tapent de l’hiver qui arrive. À se marrer sous les grands chats, à s’embrasser. Sous de pauvres abris. Il fera nuit de plus en plus tôt. L’hiver tombé comme une sentence, ça y est faut allumer. J’aurais voulu que Mimi soit intacte, rien n’aurait dû l’atteindre... Ni l’hiver.
 
Hors saison
Jean-Claude Cottet
(2008 - 42' - Petit à Petit Production - France)
Vendredi 24 mai 1996, dans le hameau de « Gremey » en Haute-Savoie, la maison dans laquelle j’ai grandit vient d’être vendu aux enchères. J’avais vingt ans à l’époque, il fallait quitter cette baraque. Je me suis enfui, loin, ailleurs, tandis que mes parents sont restés là à vivoter dans les alentours de ce petit hameau de moyenne montagne.
Après douze années de relations en pointillé, où l’on ne se voit pratiquement plus, comment revenir ?

 
L’Arrière-pays
Safia Benhaim
(2009 - 48' - G.R.E.C. - France)
Fin de jour, campagne française.
Une femme, ma mère, se promène dans les paysages du Morvan, où elle a choisi de vivre parce qu’ils lui évoquaient sa terre d’enfance, le Maroc. Réfugiée politique communiste, elle a vécu plus de vingt ans en exil. Dans ces paysages du Morvan, vont ressurgir des réminiscences de l’autre lieu.
Un pays s’invente dans la mémoire de l’exilée, suspendu entre le souvenir d’une terre absente et la présence d’une autre, entre l’enfance lointaine et une utopie à venir.
Un territoire intérieur se propage, semblable aux esprits qui peut-être peuplent la maison.

 
La Tumultueuse vie d’un déflaté
Camille Plagnet
(2009 - 59' - AIP - France)
Portrait tumultueux du «Grand Z», conducteur de la locomotive Abidjan – Ouagadougou pendant 20 ans, licencié en 1995 par la Société des chemins de Fer du Burkina Faso, à la suite de la privatisation imposée par la Banque Mondiale. Grand jouisseur impénitent, il fut alors terrassé en pleine allégresse, perdit tout, et coule depuis des jours bien sombres en attendant sa pension de retraite.
 
La Vie sombre trois fois, se relève sept, et neuf fois flotte à la dérive…
Xuân-Lan Guyot
(2009 - 48' - Sapotilles - France - VO Vietnamien et français (sous-titre français))
Elle avait fait un beau mariage, puis fut répudiée ; son enfant lui fut arrachée. Elle resta seule le reste de sa vie. Prise dans la tourmente de l’Histoire du Vietnam.
Elle est morte il y a trois ans. Comme le veut la tradition, plutôt que de laisser son corps dans un environnement souillé, on est allé déterrer ses os pour les nettoyer puis les emmener dans son village.
Elle, c’était ma grand-mère.

 
Le Plein pays
Antoine Boutet
(2009 - 58' - Red star cinéma - France)
Un homme vit reclus depuis trente ans dans une forêt en France. Il creuse en solitaire de profondes galeries souterraines qu’il orne de gravures archaïques. Elles doivent résister à la catastrophe planétaire annoncée et éclairer, par leurs messages clairvoyants, les futurs habitants. Le film raconte cette expérience en marge de la société moderne, affectée par la misère humaine et la perte définitive d’un monde parfait.
Jeudi 29 octobre 2009 à 22h00 (Salle 2)

Mention du jury Longs métrages 2009
 
Les Archers
Martin Verdet
(2008 - 59' - Z’Azimut films - France - VO anglais (sous-titre français))
Sur une île du Danemark, un grand manoir isolé au milieu de vastes terres cultivées se peuple de musiciens et se transforme en une intrigante ruche sonore.
Le film se présente comme une leçon de musique où la répétition, l’écriture et l’interprétation sont autant de séquences de travail qui nous montrent comment le savoir des maîtres modèle le jeu des élèves, comment leurs échanges font poindre la révélation.

 
Un Virus dans la ville
Cédric Vénail
(2008 - 80' - Huckleberry films - France)
Au début des années 90, l’artiste franco-israélien Absalon conçoit un projet de vie qui s’éloigne radicalement des aspirations habituelles à une "vie meilleure". Pour engager son projet et le tenir, il se fabrique six cellules à habiter, six petites maisons individuelles destinées à de grandes villes du monde : Paris, Zurich, New York, Tel-Aviv, Francfort, Tokyo...
Depuis, Absalon est mort. Que reste-t-il de son projet aujourd’hui ? Entre traces et projections, je suis parti à la recherche de ce projet inachevé. J’ai trouvé Un virus dans la ville.

 
Vulnérable
Reine Mitri
(2009 - 52' - Luccioni - Liban - VO arabe (sous-titre français))
Ce film est une chronique d’angoisse et de malaise. De 2006 à 2009 j’ai filmé dans mon espace intime, sur l’écran de télé, une violence au quotidien, et sur l’écran de montage, un autre film qui est resté suspendu – celui sur la guerre de juillet 2006. J’ai aussi filmé mes amis ; ceux qui ont quitté le pays et ceux qui y sont restés. Tout au long, des questions se sont posées : quel espace reste-t-il pour la liberté de l’individu, pour l’espoir, la créativité et l’amour ? Le bonheur individuel, peut-il exister au milieu du malheur collectif ? Comment vivre avec la défaite ?
 
We don’t care about music anyway…
Cédric Dupire et Gaspard Kuentz
(2009 - 80' - Studio Shaiprod - France - VO japonais (sous-titre français))
Du turntablism radical (Ôtomo Yoshihide) à l’innovation musicale informatique (Numb), en passant par l’audace instrumentale (Sakamoto Hiromichi), la scène de musiques actuelles de Tôkyô constitue une avant-garde que personne ne peut plus ignorer. Tout en présentant des acteurs majeurs de cette scène, We Don’t Care About Music Anyway… propose une vision kaléidoscopique de Tôkyô, confrontant musique et bruit, sons et images, représentation et réalité, fiction et documentaire.
 
Salaam Isfahan
Sanaz Azari
(2010 - 59' - entre chien et loup/ cBA - Belgique - VO iranien (sous titres français))
Isfahan, juin 2009.
De l’espace public de la rue à l’espace privé des maisons, des Iraniens se font photographier par la réalisatrice.
Au travers du dialogue engendré par la séance photo et de leur façon de se mettre en scène, les personnages se révèlent subtilement et une question émerge.
Quelles sont les limites spatiales et morales de l’autorité d’un régime?
Le film trace le portrait d’une société avant, pendant et après les élections, courte période de rêves ou un changement se dessine...
 
La montée au ciel
Stéphane Breton
(2009 - 52' - les films d’ici - France - VO népalais (sous titres français))
Au creux d’une vallée du Népal, au bout d’un chemin usé par tant de siècles et tant de pieds, se trouve un village de brahmanes : merde à tous les coins de rue, pureté des cœurs, éblouissement. Deux vieux bergers mélancoliques et grognons, accompagnés parfois d’un garçon à l’étrange innocence, vivent là et vont pousser leurs bêtes en chantant sur les pentes les plus désolées.
 
Qu’ils reposent en révolte
Sylvain George
(2010 - 150' - NOIR PRODUCTION - France - VO français, anglais, erythréen, afghan (sous titres anglais))
Composé de fragments qui se renvoient et se télescopent les uns avec les autres, ce film montre sur une durée de trois ans (juillet 2007- novembre 2010), les conditions de vie des personnes migrantes à Calais. Il montre comment les politiques engagées par les États policiers modernes débordent le cadre de la loi, et font surgir des zones grises, des interstices, des espaces d’indistinctions entre l’exception et la règle.
 
Dans la forêt de Borek
Max Hureau
(2009 - 65' - AGAT Films & Cie et Camera Obscura - France/Pologne - VO ? (sous titres français))
Portrait d’une terre en Pologne, la Mazurie. Les habitants de cette région sont filmés dans la solitude de leur travail, de leurs gestes quotidiens, celui du peintre d’icône, du pêcheur, du braconnier, du débardeur, aux abords ou au cœur de la forêt de Borek. Des récits viennent tout au long du film évoquer l’Histoire de cette région.
 
Plan de situation: Joliette
Till Roeskens
(2010 - 137' - Association Batoutos/ Le Deuxième Souffle Films & Associés - france - français)
Chronique d’un morceau de ville et de ses habitants pris dans la tourmente d’une restructuration urbaine. Plan de situation: Joliette s’attache à observer, pendant plusieurs années, l’évolution d’un pâté de maisons au cœur du nouveau quartier d’affaires qui s’érige à Marseille.
Des gens partent, d’autres arrivent, d’autres tâchent de rester, de résister. Certains démolissent et d’autres projettent de construire. D’autres encore continuent de vivre comme si de rien n’était.
 
Face au vent
Anne Marie Faux
(2010 - 45' - les films du Worso - France)
Il était deux gosses, trois gosses, cent mille gosses dans un jardin, en Seine-Saint-Denis, par exemple. Les gosses sont grands maintenant. Ils ont perdu le jardin de cette enfance-là. Ils se demandent comment faire pour trouver, re-trouver encore les façons de tenir et de gravir face au vent.
 
Novembre
Abel Davoine
(2010 - 99' - IMAGIA/NOCTURNES PRODUCTIONS - Suisse - VO français (sous titres anglais))
Un village sur les derniers contreforts du Jura. Une vieille maison, où vivent une mère, 87 ans, et son fils, 62 ans. Le quotidien, fait de rituels immuables, s’égrène au fil des évocations du passé. La parole omniprésente du fils joue avec les mots, les contre-sens. A ce discours répondent les longs silences de la mère, une parole en sommeil qui se réveille dans l’évocation du passé. Le film capture ainsi quelques traces d’une réalité qui bientôt disparaîtra ; il écoute, enregistre, sans jamais chercher à découvrir ou établir une vérité unique.
 
Los jovenes mertos
Leandro Listorti
(2009 - 73' - Habitación 1520/Bella Sombra - Argentine - VO espagnol (sous titres anglais))
Depuis la fin des années 1990, plus de trente adolescents ont mis fin à leurs jours à Las Heras, une ville de la province de Santa Cruz., sans laisser aucune indication pouvant expliquer leur geste, que personne ne peut expliquer. A partir de ces suicides et d’autres décès plus récents, ce film évoque la vacuité et le mystère qui entourent la vie et la mort de ces jeunes.

Prix des Ecrans documentaires 2010
 
Les larmes de l’émigration
Alassane Diago
(2009 - 78' - CORTO PACIFIC/LES FILMS DE L’ATELIER - France-Sénégal - VO peul (sous titres français))
« Les larmes de l’émigration » c’est l’histoire de ma mère qui attend mon père, parti il y a plus de 20 ans. C’est aussi l’histoire de ma sœur qui, aujourd’hui, attend son mari parti il y a cinq ans et celle de ma nièce qui elle non plus ne connaît pas son père.
Avec ma caméra, je repars après deux ans d’absence dans ma communauté à Agnam Lidoubé, un village du Fouta sénégalais, pour comprendre comment et pourquoi ma mère a passé toutes ces longues années à attendre.
 
Un long cri mêlé à celui du vent
Julie Aguttes
(2010 - 42' - G.R.E.C - France - VO français (sous titres anglais))
Un long cri mêlé à celui du vent ou une immersion fantastique et fantasmée au cœur du port industriel de Marseille, tel un monde à part voué aujourd’hui à disparaître.



Prix Moulin d’Andé - Céci 2010
 
Ami, entends-tu
Nathalie Nambot
(2010 - 54' - CHAYA films - france - VO russe et français (sous titres français))
"Mon siècle, ma bête, qui saura
plonger dans tes pupilles
et de son sang coller
les vertèbres de deux siècles ?
Le sang bâtisseur jaillit
De la gorge des choses terrestres,
Sur le dos seule la sangsue tremble
Au seuil des jours nouveaux."

Ossip Mandelstam
 
La Vie au loin
Marc Weymuller
(2011 - 81' - Association Le Tempestaire - France - Portugais sous-titré français)
Le Barroso est une région isolée du Portugal où l’on continue à vivre, au rythme lent des troupeaux et des saisons. On assiste là-bas aux derniers souffles d’un mode de vie ancestral. Chacun sait que c’est bientôt la fin et tire en secret les mailles de souvenirs épars. La mémoire résiste, le décor fait office de miroir. En nous rappelant ce que nous étions, il nous renvoie aussi à ce que nous sommes devenus.

Prix des Ecrans documentaires 2011
 
Kapital
Pier Emanuel Petit
(2010 - 93' - Lardux Films - France)
Le monde est petit, Montreuil est vaste.
Le film est la traversée subjective d’une ville de caractère, un voyage dans une époque paradoxale, un tour du monde à l’endroit où l’on est, emmenés par des personnages bigarrés, miséreux et splendides, ordinaires et rares. Des petites histoires qui en tissent une seule, qui contribuent peut-être à réfléchir sans juger.
 
Le Chemin noir (The dark path)
Abdallah Badis
(2010 - 78' - La vie est belle films - France)
De la campagne française aux paysages sinistrés de Lorraine, le chemin noir traverse la France d’aujourd’hui et celle d’hier.
La France, j’y suis bien. Je n’ai le passeport français que depuis peu, mais j’ai toujours aimé le son des cloches, comme celles de l’église du bourg, là-bas à un kilomètre à vol d’oiseau, dans ma cambrousse. Je suis européen, tout va bien. Je crains cependant que ce ne soit un peu plus compliqué.
 
Monsieur M, 1968
Laurent Cibien et Isabelle Berteletti
(2011 - 55' - Lardux Films - France)
Un petit agenda noir retrouvé, après le décès de son propriétaire, dans une maison de Montreuil. Sur cet agenda de l’année 1968, une fine écriture : jour après jour, Monsieur M, 41 ans, vieux garçon vivant chez ses parents, ouvrier-cartographe à l’Institut Géographique National, raconte, sans passion ni sentiment, les évènements de sa vie. « Monsieur M, 1968 » est un essai sur l’ordre et le désordre, une dérive dans la vie d’un homme qui a fait 68 comme il a fait 67 et comme il fera 69, 70…
 
Portraits de jour avec caméra
Seb Coupy
(2011 - 55' - 100 transitions - France)
"C’est quoi un portrait ?
Un portrait c’est découvrir la personnalité de quelqu’un, découvrir son visage, ses habitudes, ce qu’il a envie de faire. S’il a envie de rester à l’hôpital de jour, s’il a envie de parler de quelque chose qui est dans sa vie, dans la vie de la personne. C’est ça un portrait".
 
La Main de Dieu (ou la queue du renard)
François Sculier
(2010 - 86' - Cinedoc films - France - Grec sous-titré français)
Suite à des incendies meurtriers en Grèce, un réalisateur français parcourt les chemins du Péloponnèse avec l’intention de filmer les villageois dans la reconstruction de leur existence. Mais, il se heurte à un obstacle majeur : la langue. Malgré cela, il persiste à faire le film au-delà des mots et vient se présenter seul et sans interprète aux habitants surpris, avec le ferme espoir d’assister, saison après saison, à la reprise de la vie.
 
Kaspar Film
Florence Pezon
(2011 - 57' - Ana Crews - France)
D’après le récit de Kaspar Hauser par lui-même, 1828, Nuremberg.
 
La Dernière année
Peter Hoffmann
(2010 - 78' - Zeugma Films - France / Allemagne)
Les vendanges à Rasiguères, un village des Pyrénées Orientales. Un mois de vie en commun intense. Réminiscence, à la veille dès leur disparition, des temps où l’on travaillait ensemble dans les champs. Les traditions et les vieux gestes, aussi vieux que la vigne, sont repris à leur manière par les saisonniers d’aujourd’hui.
Tourné sur pellicule noir et blanc, comme un document du passé, le film rappelle un monde qui n’existe déjà plus (que pour ceux qui en font partie).
 
Echangeriez-vous votre voiture contre deux Trabant?
Patrick Viret
(2011 - 105' - Les films du Viaduc - France)
1987 : Sixième congrès de banalyse, qui se tenait depuis 1982 dans une halte ferroviaire et dont l’unique objet était d’attendre les congressistes.
Le film se poursuit en 1990 pour gagner Prague et sa banlieue et y rejoindre les ultimes rendez-vous de Branik, soit neuf minutes de pure attente à un terminus de tram.
Vingt ans après, le film est devenu de fait une page d’histoire inattendue entre l’Ouest et l’Est et le témoignage d’une entreprise singulière de résistance au consumérisme.
 
Proti Yli (Raw Material)
Christos Karakepelis
(2011 - 79' - CL Productions - Grèce - Arabe sous-titré français)
Au pied de l’Acropole se situe l’un des quartiers les plus pauvres d’Athènes : un baraquement hébergeant surtout des immigrants illégaux. Un groupe d’individus, composé de Roms venus d’Albanie, mais aussi d’Indiens et de Grecs gagnent très mal leur vie en collectant du métal. Les biens ramassés sont échangés contre de maigres sommes dans les casses de la ville. Et les acheteurs de ce commerce illégal ne sont autres que de grands groupes industriels.