Peter Liechti

Liechti aborde à plusieurs reprises le thème du voyage qui propose différents chemins de lecture, et une initiation jamais dénuée de dangers. Passionné par les images aux sens multiples, il nous fait partager sa fascination pour l’homme et son rapport à l’environnement sensoriel et psychique.
 
Signer ici- en route avec Roman Signer
Peter Liechti
(1996 - 82' - Liechti Filmproduktion GmbH/ Recycled TV - Suisse)
Signer ici est une sorte de road-movie le long du sillon naturel, chargé de magie, qui traverse l’Europe. Des Alpes suisses à la Pologne orientale, du Stromboli en Islande... Une tentative de grande envergure pour trouver le rythme idéal du voyage. Roman Signer balise nos étapes à l’aide de ses instruments très personnels; interventions d’une concision séduisante et pleines d’humour subtil. Signer ici est aussi un voyage à travers des états d’âme. Un exercice de funambulisme entre l’espièglerie et la mélancolie. Le danger – y compris le danger psychique – stimule les sens.
 
Jean le bienheureux- trois tentatives d’arrêt du tabac
Peter Liechti
(2003 - 90' - Liechti Filmproduktion GmbH/ Schweizer Fernsehen/ DRS - Suisse)
C’est l’histoire d’un homme qui se met en marche pour arrêter de fumer. C’est pourquoi il entreprend de se rendre à pied de son lieu de résidence actuel, Zurich, à sa ville natale, Saint-Gall, où son tabagisme a commencé. Il est prêt à recommencer ce voyage – en empruntant à chaque fois un chemin différent – aussi souvent qu’il le faudra pour atteindre son but : enfin non-fumeur ! Ce film est un règlement de comptes et une déclaration d’amour. Un road movie pour piéton, un film local pour déracinés. Un hommage à tous les fumeurs et autres maniaques, à tous les pauvres diables qui ont su (malgré tout) garder la tête haute.
 
Le chant des insectes- Rapport d’une momie
Peter Liechti
(2009 - 88' - Liechti Filmproduktion GmbH, Schweizer Fernsehen, DRS - Suisse)
Au coeur de l’hiver, le chasseur S. trouve, dans un coin perdu de forêt, la momie d’un homme. Grâce à une observation minutieuse de son corps, on apprend que l’homme s’est suicidé l’été précédent en se laissant mourir de faim. Une approche très personnelle sur un texte de fiction, lui-même basé sur des faits réels. Un manifeste cinématographique en faveur de la vie – suscité par un renoncement radical à exister.