L’expérience documentaire jeune public

Les Ecrans documentaires proposent des séances dédiées thématiquement aux jeunes publics des établissements scolaires de la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre et du département du Val de Marne (primaire, collège et lycée) mais également des séances ouvertes à tous, adaptées à des publics de tous âges à la médiathèque de Gentilly.

Le Festival accueille également « Lycéens et apprentis au cinéma » et « Passeurs d’images » pour deux parcours d’immersion spécifiques imaginés à partir de la programmation du festival :


Lycéens et apprentis au Cinéma

Lycéens et apprentis au cinéma en Île-de-France offre aux élèves inscrits dans les lycées et les centres de formation d’apprentis franciliens un accès, en temps scolaire, à des œuvres cinématographiques exigeantes présentées en version originale et en salle de cinéma, leur lieu naturel de diffusion.
Les classes inscrites peuvent bénéficier d’un accompagnement des films, en classe ou en salle, par des professionnels : critiques, scénaristes, monteurs, réalisateurs ...
Cette première approche peut donner lieu à un approfondissement, notamment par l’organisation d’ateliers ou de parcours de cinéma.
Le dispositif propose également des immersions en festival qui sont pour les élèves des temps forts de découverte de films et de rencontres : cinéastes, techniciens, équipes des manifestations.

Passeurs d’images / Parcours de Cinéma

Programme annuel d’éducation à l’image né sur le territoire national à la fin des années quatre-vingt-dix, l’opération Passeurs d’images se déploie dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Son objectif est de réunir des publics exclus de l’offre culturelle autour de projets mobilisateurs à forte valeur éducative. Pilotée au niveau national par l’association Kyrnéa, sa coordination, pour l’Île-de-France, est assurée par Arcadi.
 
Waste Land
Lucy Walker
(2010 - 98' - Almega projects et O2 filmes - Royaume-uni / Brésil - V.O sous-titrée français)
Pendant trois ans, Waste Land suit l’artiste brésilien Vik Muniz de Brooklyn, où il vit, à Jardim Gramacho en banlieue de Rio de Janeiro. Dans la plus vaste décharge du monde, il retrouve son Brésil natal pour un projet artistique inédit : photographier les “catadores” (les ramasseurs de déchets recyclables) dans des mises en scènes composées à partir d’objets et matériaux rescapés des poubelles. Tout au long de cette aventure, le projet va prendre une toute autre dimension. Au fur et à mesure de sa collaboration avec ces personnages hors du commun, Vik va saisir tout le désespoir et la dignité des catadores, alors même qu’ils parviennent à réinventer leur vie en prenant part à son oeuvre d’artiste. Produit par Fernando Meirelles et rythmé par les mélodies de Moby, le film de Lucy Walker propose une réflexion sur la responsabilité de l’artiste envers son environnement et sur l’idée utopique qu’une oeuvre peut parfois changer une vie.
 
Aus dem Meer
Felix Harmuth
(2010 - 13' - HFF Konrad Wolf - Allemagne - V.O)
 
Le Feu
Michaël Capron
(2010 - 9' - La Femis - France - V.O)
Entre hier et aujourd’hui, l’activité d’une usine métallurgique et de trois de ses hommes qui préparent une coulée.
 
La Craie et la Plume
Lionel Retornaz
(2012 - 11' - Auto-production - France - V.O français)
Une classe vide, mais habitée. Ali, Stanislas et Margot parlent d’écriture et de livres. Je suis une tremblement de terre énonce l’un des titres. Chaque enfant interprête. L’histoire devient le point de départ d’un conversation sur le monde et sur soi.
 
Regards libres
Romain Delange
(2005 - 11' - Les Films du cygne - France - V.O français)
Des enfants observent, commentent et critiquent un tableau. Le spectateur, lui, imagine.
 
La Vierge, les Coptes et moi
Namir Abdel Messeeh
(2012 - 91' - Oweda Films - France - V.O sous-titrée français)
Namir part en égypte, son pays d’origine, faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Comme dit sa mère “Il y a des gens qui la voient, il y a des gens qui ne la voient pas. Il y a peut-êre un message dans tout ça”. Très vite l’enquête lui sert de pretexte pour revoir sa famille, et pour impliquer tout le village dans une rocambolesque mise en scène.
 
Un animal, des animaux
Nicolas Philibert
(1994 - 60' - Les Films d’ici - France - V.O français)
Fermée depuis vingt-cinq ans au public, la grande galerie de zoologie du Museum national d’Histoire naturelle vient de rouvrir. "Un animal, des animaux" raconte la métamorphose de ce lieu et la résurrection de ses étranges pensionnaires, restés si longtemps dans la pénombre et dans l’oubli. Peu à peu, le film nous entraîne dans les laboratoires et les réserves, à la découverte du rêve et de l’étrangeté.
 
¡Vivan las Antipodas !
Victor Kossakovsky
(2011 - 104' - Deckert - Allemagne / Pays-Bas / Argentine / Chili - V.O sous-titrée français)
Le monde vu à travers ses antipodes. Un pont sur un ruisseau inconnu en Argentine rime avec un grand viaduc dans la ville de Shanghai, une cabane dans la brousse africaine répond à une maison assiégée par la lave à Hawaii. Par une sorte de valse qui renverse et rapproche les points opposés de notre planète, Victor Kossakovsky réalise une élégie simple (en apparence) et fascinante.
 
Dubaï in me
Christian Von Borries
(2010 - 78' - Masseundmacht Production - Allemagne - V.O sous-titrée français)
Le film, tourné à Dubaï en 2009, évoque le modèle économique du pays. Il contient des séquences tirées de la plateforme Internet Second Life et des extraits de DVD promotionnels provenant du « Cityscape 2008 », le salon de l’investissement immobilier de Dubaï, soulignant ainsi les similitudes entre les mondes virtuels et la réalité de Dubaï. Il s’intéresse en particulier au programme de création des îles artificielles « The World », où des séquences ont été tournées.


D’autre part, le film s’attache à décrire les conditions de travail à Dubaï. Il cite le philosophe français Jacques Rancière s’interrogeant sur la manière de réaliser un documentaire. Le film s’achève par un épilogue tourné dans les serres d’Almeria et devant la clôture de six mètres de haut de Mellila en Espagne, pour mettre en évidence la ressemblance entre Dubaï et un modèle économique global qu’on rencontre aussi en Europe. En un sens, « Dubaï est en chacun de nous ».
 
Au bord du vide
Jean-Claude Cottet
(2012 - 80' - À VIF cinémas - France - V.O français)
François et Jean s’enfoncent dans la nature afin d’y assouvir leur recherche commune de sensations vertigineuses. Un périple aux trajectoires incertaines qui se terminent souvent face au vide.Leur unique point d’attache : ce camion garé sur un parking en bord de route.