Séance thématique : Des lucioles dans les ténèbres

Dans la continuité des programmations initiées depuis trois ans autour de la danse, les documentaires de Laurent Aït Benalla et Richard Frank présentés dans cette lucarne exposent l’émergence de mondes constitués de purs mouvements. Au-delà des genres et des formes radicalement différents, les chorégraphies d’Abou Lagraa et de Ko Murobushi - ancien élève de Tatsumi Hijikata, l’inventeur du Butô - produisent un ensemble de postures et d’intensités variables à l’intérieur desquelles le temps semble parfois étrangement suspendu. C’est cette traduction d’effleurement, de remous ou de dépôt du corps qu’enregistrent les images, à la croisée du cinéma direct, de la performance et des arts plastiques.
 
Ô mon corps !
Laurent Aït Benalla
(2012 - 70' - Slab - France - V.O. sous-titrée français)
A Alger, Abou et Nawal Lagraa travaillent à la formation de la première cellule de danse contemporaine du pays. Ce projet, conçu comme un pont culturel méditerranéen, rassemble 10 danseurs, pour la plupart autodidactes. Ensemble ils donnent naissance à "Nya", chorégraphié par Abou Lagraa, où le "Boléro" de Ravel et la voix de Houria Aïchi se rencontrent pour la première fois. Après plusieurs mois de travail, au soir de la première mondiale à Alger, ces jeunes danseurs entrent dans la lumière de la scène comme on vient au monde.
 
Toujours mort, enfin vivant
Richard Franck
(2012 - 52' - Atopic / Groupe Galactica / Vosges Television / TLSP - France - V.O. sous-titrée français)
Ko Murobushi incarne l’esprit du Butô. Il n’y a pour lui que trois événements : mourir, renaître et se transfigurer. Le Butô, pratique rebelle et décadente, est l’art où le corps danse l’âme comme un éternel recommencement. Il se vit ici sur fond d’apocalypse post-nucléaire.