Habiter le monde

Qu’est-ce qu’habiter ? Un immeuble de la Goutte d’Or, un bidonville menacé de destruction, un pays où l’on a jamais vécu ou presque.
Qu’est ce qu’un habitant ? Sur ces questions d’une brûlante actualité, nous avons proposé à trois réalisateurs de frotter leur propre travail les uns avec les autres.

 
47 rue de la goutte d’or
Nina Almberg et Simon Pochet
(2015 - 58' - France Culture - France)
"Nous sommes en l’an 2025. Paris, quartier de la Goutte d’or. Un silence lourd, entrecoupé par le passage de rares camions. Beaucoup de rideaux sont fermés, à vendre, à louer. Les rares piétons glissent, silencieux..."

En présence de Nina Almberg
 
Les hommes debout
Jérémy Gravayat
(2010 - 75' - France)
Traverser les ruines de l’usine, se souvenir des gestes répétés. Entendre les voix des ouvriers rassemblés dans la cour et le silence des machines arrêtées. Parcourir la ville dans la boue des chantiers, partir à la recherche d’un travail. Frapper la pierre et la brique, regarder les choses lentement s’effondrer. Repérer les lieux, s’y introduire, changer les serrures et raccorder l’électricité. Se rassembler dans la nuit, allumer un feu, construire de nouveaux abris. Raconter toujours la même histoire : celle qui fait tenir les hommes debout.

En présence du réalisateur
 
Tarrafal
Pedro Costa
(2007 - 15' - Portugal)
Tarrafal : territoire de l’île de Santiago au Cap-Vert où en 1936, le Portugal a créé une colonie pénale pour les prisonniers politiques. Cette colonie était connue sous le nom de "camp de la mort lente".
 
Planches, clous, marteaux
Jérémy Gravayat
(2014 - 12' - France)
Où l’on construit, détruit, reconstruit, des abris… Sur le chemin d’un film bien plus long, autour de quelques fragments d’une histoire de l’habitat social et précaire à La Courneuve en Seine Saint Denis, nous enregistrons des récits, consultons des archives, tournons des images, recherchons des lieux, confectionnons un journal, une forme d’Atlas. » (Jérémy Gravayat)« Où l’on construit, détruit, reconstruit, des abris… Sur le chemin d’un film bien plus long, autour de quelques fragments d’une histoire de l’habitat social et précaire à La Courneuve en Seine St Denis, nous enregistrons des récits, consultons des archives, tournons des images, recherchons des lieux, confectionnons un journal, une forme d’Atlas.

En présence du réalisateur
 
La mort du dieu serpent
Damien Froidevaux
(2014 - 91' - France - Français)
Suite à une bagarre qui tourne mal, Koumba, 20 ans, est expulsée au Sénégal. Arrivée en France en bas âge, l’adolescente agitée se retrouve, en 48h, dans un village perdu dans la brousse, loin de sa famille et de sa vie à Paris. Récit de cinq ans d’exil : du fait divers à l’épopée tragique.

En présence du réalisateur