Le réel halluciné

Dans la continuité des années précédentes, Les Écrans Documentaires invitent la cinéaste Safia Benhaim à venir présenter son travail.
Au cours de cette rencontre nous programmerons L’Arrière-pays et La fièvre, sélectionnés respectivement en 2009 et en 2015 dans le cadre des sections compétitives du festival. Il est remarquable de voir, entre ces deux films-essais, se tisser des prolongements formels et de sens pour composer un diptyque sensible à partir de l’exil.
Safia Benhaim explore un territoire aux frontières incertaines où passé et présent, réel et imaginaire, intime et collectif, vivants et morts s’interpénètrent jusqu’à parfois se confondre pour donner forme à un paysage tout autant géographique que mental.

Rencontre avec Safia Benhaim le 9 novembre à 16h.
 
L’Arrière-pays
Safia Benhaim
(2009 - 48' - France - Français)
Fin de jour, campagne française. Une femme, ma mère, se promène dans les paysages du Morvan, où elle a choisi de vivre, parce qu’ils lui évoquaient sa terre d’enfance, le Maroc. Réfugiée politique communiste, opposante au régime du roi Hassan II, elle a vécu plus de vingt ans en exil. Dans ces paysages élus du Morvan, vont peu à peu surgir des réminiscences de l’autre lieu. Un pays s’invente dans la mémoire de l’exilée, un pays qui n’existe pas, suspendu entre le souvenir d’une terre absente et la présence d’une autre, entre l’enfance lointaine et une utopie à venir. Un territoire intérieur, une géographie et un temps mental, seul pays de l’exilée, se propage. "Et je dirai que si l’arrière-pays m’est resté inaccessible – et même, n’existe pas – il n’est pas pour autant insituable, pour peu que je renonce aux lois de continuité de la géographie ordinaire".
 
La fièvre
Safia Benhaim
(2014 - 40' - France - Français)
Au Maroc, au cours d’une nuit de fièvre, une enfant perçoit la présence d’un fantôme : une femme, exilée politique de retour dans son pays natal. Dans le noir et les délires de la fièvre, voix sans corps et visions s’entremêlent.